A la Une samedi 28 et dimanche 29 novembre

Bonjour, bienvenue dans « le français à la une ». L’objectif de ce podcast est de vous apprendre le français avec les titres des journaux. Une facon aussi de connaitre ce qui se passe en France. Je suis Viviane, professeure de FLE, et je vous aide à décrypter la première page des journaux français, pour enrichir votre vocabulaire par les mots et expressions qui font ce que l’on appelle : la Une.


2 évènements se sont partages les Unes des journaux français cette semaine. La réouverture des petits commerces dits non essentiels samedi et l’opposition a la future loi de sécurité globale.

Pour le commerce samedi ce fut le rush. Comme titrait la dépêche du midi avec ironie « Jour de fièvre acheteuse » c’est un titre qui joue sur la ressemblance phonétique avec fièvre aphteuse, cette maladie virale animale pas dangereuse, mais très contagieuse qui touche les animaux de la ferme (les ovins et les bovins).

Les français ont donc eu la fièvre acheteuse, ils sont allés acheter. Ce furent « les retrouvailles » avec leurs boutiques comme le dit le quotidien des Pyrénées orientales l’indépendant. Vous connaissez le verbe retrouver, trouver à nouveau, ou se retrouver, se revoir. Le nom est les retrouvailles (ce mot est toujours au pluriel), le fait donc de se revoir.


Alors certains français sont allés faire leur shopping samedi heureux de retrouver leurs petits commerces, quand d’autres ont préféré marcher pour défendre les libertés, celle notamment de dénoncer les violences policières. Je vous parlais il y a quelques jours de cette violente agression sur des migrants à Paris par la police, une autre affaire a fait le tour des réseaux sociaux, des images terribles, celles de l’agression d’un homme noir par des policiers à Paris.

Vous verrez cette Une très forte du journal national Libération, ce gros plan de l’homme battu et ces mots : « la nausée ». La nausée, ce sont les signes qui annoncent que l’on a envie de vomir. On a la nausée devant ces actes terriblement indigne de policiers. Des actes qui ont été connus parce que des images ont été filmées et diffusées.


Pourtant le projet de loi sur la sécurité globale et particulièrement l’article 24 restreint la possibilité de filmer les policiers et surtout de diffuser les images.

Si on ne peut plus diffuser ces images qui montrent des actes indignes des forces de l’ordre, que se passe-t-il ? Les français se révoltent donc et marchent « la liberté en étendard » comme l’écrit le midi libre. L’étendard c’est synonyme de drapeau. Les Français samedi ne brandissaient pas un drapeau mais des pancartes avec des slogans montrant leur attachement à la liberté et leur rejet de l’article 24 de cette loi.

Il y a bien une crise de confiance entre les Français et leur police comme dit la Une de Sud-Ouest. Les citoyens ne se fient plus à leur police, ils ne lui donnent pas toute leur confiance quand ils voient qu’elle peut être raciste et violente.

Cela entraine comme l’écrit le journal le Monde "un exécutif mis en cause », cela signifie que les Francais accusent le gouvernement . mettre en cause c’est contester, inculper, mettre en doute.


On récapitule les mots a retenir de cet épisode : les retrouvailles c’est le fait de retrouver des personnes dont on était séparés / un étendard c’est synonyme de drapeau / mettre en cause c’est accuser, contester, mettre en doute.


Voilà, c’est fini pour aujourd’hui. Merci de votre attention, et de partager le podcast si vous le trouvez utile.

N’oubliez pas que vous pouvez voir les Unes des journaux que j’ai citées et lire la transcription c’est sur le blog https://oui-speakfrench.com/blog .

A bientôt. Portez-vous bien.








32 views0 comments

Recent Posts

See All